Maitres zen

Kodo Sawaki

Kôdô Sawaki

Kôdô Sawaki

Maître Zen japonais, né en 1880 et mort en 1965. Il a consacré toute sa vie à la pratique du Zen. Il apporta alors un souffle nouveau au Zen moribond en réintroduisant la pratique universelle de zazen. On le surnommait « Kôdô sans demeure » car il a toujours refusé de s’installer dans un temple. (D’autres renseignements sur Zen-Deshimaru)


Taisen Deshimaru

Disciple de Kôdô Sawaki, qu’il a suivi pendant 30 ans, Taisen Deshimaru reçoit l’ordination monastique en 1965, peu de temps avant la mort de Sawaki.

Maitre Deshimaru

Maître Deshimaru

Suivant le vœu de son maitre de propager le Zen en Occident, Deshimaru se rend en France en 1967 par le Transsibérien. Arrivé à Paris, il travaille dans un magasin d’alimentation macrobiotique. Alors qu’il ne parle qu’un anglais rudimentaire, il pratique zazen dans l’arrière-boutique, ce qui attire à lui progressivement des disciples qu’il initie ainsi au Zen.

Sous l’impulsion de Deshimaru, plus de 100 dojos sont crées en Europe, en Afrique du Nord et au Canada. Il a fondé en 1970 l’Association Zen Internationale, qui regroupe l’ensemble des pratiquants qui se reconnaissent dans son héritage.

Maitre Deshimaru est mort en 1982.

(Plus d’informations sur le site de l’AZI)


Philippe Coupey

Philippe Coupey rencontre Maitre Deshimaru en 1972 et l’a suivi jusqu’à sa mort. Proche disciple de Maitre Deshimaru, il enseigne au Dojo Zen de Paris ainsi qu’au Dojo Seine Zen, et continue d’œuvrer et d’enseigner au sein de l’Association Zen Internationale.

Philippe Coupey dirige régulièrement des sessions de pratique en Europe depuis 1980.

Philippe Coupey

Philippe Coupey

Il a publié deux livres sur l’enseignement de Maître Deshimaru (La Voix de la vallée et Le Rugissement du lion) ainsi que ses propres commentaires sur le Shinjinmei (Dans le ventre du dragon) et l’Eiheikoroku (Mon corps de lune).

(Plus d’informations sur Zen Road)


Maître Kishigami

Maître Kishigami

Maître Kishigami

On l’appelle plutôt Osho, ce qui signifie « enseignant des moines » dans les temples japonais. Toshihidei Kishigami, fils aîné d’une famille de fermiers, est né sur l’île de Shikoku au Japon.

Vers l’âge de treize ans, il apprend l’existence du zen de Dogen et s’enthousiasme pour cet enseignement. Il entreprend de chercher un maître authentique et rencontre ainsi Kodo Sawaki. Celui-ci l’ordonne moine 5 ans plus tard, et lui remet la transmission (le shiho) peu de temps avant sa mort.

Kojun Kishigami continua alors à pratiquer dans divers temples et séjourna à Eihei-ji plusieurs fois.  Il n’avait pas encore atteint ses quarante ans quand il se retira dans un ermitage dans la montagne, où il demeura 26 années jusqu’à sa récente visite en Europe.

Récemment, « Osho » Kishigami a à son tour transmis le shiho à Philippe Coupey.

(Biographie complète sur Zen Road)